Episode 5.png

Il était une fois un royaume transpercé par les égouts et le métro. La Seine le coupait en deux. Au milieu se trouvait le château Eiffel. 

Ce royaume, très branché, était extrêmement influencé par les modes. Mais une mode eut beaucoup plus de succès que toutes les autres auprès des hommes : la teinture du nombril. Dès que le produit fut disponible en magasin, tous les hommes se ruèrent dessus sans se demander quelles seraient les conséquences de son utilisation. En effet, un composant présent dans la teinture déstabilisa leur centre de gravité. Quelques jours plus tard, les femmes virent s’envoler leurs compagnons. 

Dans le royaume, il n’y eut plus de sportifs, mais des sportives, plus de plombiers mais des plombières, plus d’éboueurs mais des éboueuses, des musiciennes, des écrivaines, des forgeronnes et des mamans, des sœurs, des tantes. Et des chiens. De meilleur ami de l’homme, ils devinrent le meilleur ami de la femme.

Mais dans leur relation, il manquait la parole et les échanges intellectuels. Au milieu de cette solitude, des savantes développèrent une solution à ce problème sous forme de vaccin. Les femmes se ruèrent chez les vétérinaires comme les hommes s’étaient rués en magasin pour leur teinture. Une fois traités, les chiens se dressèrent sur deux pattes et se mirent à parler comme le ferait un homme. Et une fois ce stade passé, les premiers mariages eurent lieu. Durant leur lune de miel, en contemplant le ciel, les couples apercevaient les étoiles et les hommes qui flottaient dans l’espace.    

Les hommes-chiens étaient gentils, attentionnés et câlins. Ils étaient innocents et grâce à eux la naïveté n’était plus un défaut. Mais ils déposaient des poils partout, ce qui donnait du fil à retordre aux ménagères. En parlant de fil à retordre, ces chiens ne pouvaient pas faire grand-chose à cause de leurs pattes auxquelles il manquait le pouce humain. De leur côté, les chiens étaient satisfaits de ne plus dormir au pied du lit, mais dans les bras de leur maitresse. Leur gamelle était maintenant posée sur la table. Ils faisaient leurs besoins aux toilettes.

Cependant, le royaume était toujours le même, toujours aussi influençable. Et une nouvelle mode s’installa, dite « Le lasso ». Les règles du jeu étaient simples : attraper les choses qui se trouvaient le plus haut possible, comme par exemple un homme. C’est ainsi que les hommes regagnèrent leur royaume. 

Une fois arrivés chez eux, tenus en laisse pour ne pas s’envoler, les hommes ressemblaient à des chiens. Maintenant, les chiens promenaient les hommes et se promenaient aux bras des femmes. Elles nourrissaient tout le monde, les hommes dormaient au plafond, les chiens dans leur lit et l’ensemble donnait une impression de chaos. 

Il y eu une nouvelle mode, qui toucha les femmes, puis une autre et une autre encore… Les modes sont une boucle sans fin. Dans ce royaume, les habitants n’apprenaient jamais rien de leurs erreurs et continuaient à faire des choses qui leur causaient du tort.


Écrit par Tiphaine et Karina