Episode 9.png

Thomas est né chez des parents riches. Son père travaille dans le pétrole, aux Émirats des Goûts. Il ne le voit pas beaucoup. Sa mère est très soigneuse de l’apparence de son fils. Celui-ci a des dents blanches qu’il lave au white spirit. Des abdos comme des tablettes de chocolat. Il a des cheveux blond platine qu’il colore à l’or liquide. 

Margaux vit dans une famille aisée. Elle a beaucoup de cours particuliers et d’activités, notamment la danse classique. Elle est assez isolée du monde. Margaux est fine à cause d’une corde qu’elle s’enroule très fort autour de la taille. Elle mange une pomme par jour, un petit oiseau qui se cogne à sa fenêtre tous les matins à 10 heures précises, et deux cuillerées à soupe d’eau.

Un jour, le père de Thomas et celui de Margaux se rencontrent lors d’une conférence sur le pétrole. En discutant longuement devant un verre de Coca-Gazoil, ils décident de marier leurs enfants.  Apprenant la nouvelle, Margaux et Thomas sautent de joie. 

Ils se rencontrent dans un restaurant gastronomique, la Chaumière de Blanche-Neige, dont la spécialité est le cygne aux pommes. Thomas, très séducteur, dit ses répliques concoctées pour l’occasion à l’aide d’une cocotte-minute. Margaux, quant à elle, après avoir dégusté sa pomme au four, joue avec ses cheveux et se remet du baume à lèvres à la cannelle. Thomas l’interrompt souvent avec des blagues idiotes et Margaux s’esclaffe devant tant d’humour.
 
Après avoir dîné, Thomas raccompagne Margaux en la tenant si fort par le bras qu’elle ne touche pas le sol. Alors, alors qu’ils sont presque arrivés chez elle, un homme à tête de chat déboule devant eux en titubant et leur dit :
"Ils sont beaux vos masques !"

Margaux et Thomas ne comprennent absolument pas ce que cet énergumène raconte. Ils rentrent chez eux, silencieux.
Le soir, devant leur miroir, ils se regardent longuement pour s’assurer de leur perfection. Ils touchent leur visage pour vérifier qu’ils n’ont pas de défauts, mais en s’approchant de l’oreille, ils sentent une languette dépasser. Ils la tirent d’un coup fort et là… le masque tombe. Ils découvrent leur vrai visage. 
Un sentiment de honte et de peur les envahit. Qui sont-ils vraiment ? La vie n’est donc qu’un mensonge, qu’une parfaite illusion ? Un cygne aux pommes sans pommes ? Mais après quelques minutes, une sensation de bien-être et de liberté les envahit. Les tablettes de chocolat de Thomas fondent. La corde de Margaux craque. Ils respirent enfin.

Ils décident de se revoir, mais cette fois-ci, au naturel. De toute façon, ils n’ont pas le choix. Arrivés au restaurant d’Ariel la grosse sirène, dont la spécialité est le dauphin mandarine, les deux tourtereaux, un peu tourtes, ne se reconnaissent point. Ils ont l’idée de s’appeler par leurs prénoms, mais ils ont oublié de se présenter. Une ampoule se pose sur leurs têtes et s’éclaire. Ting ! une idée ! 
Où es-tu le type pas drôle ?
Où es-tu la fille bêbête ?
Ils se sont reconnus !!! Un sourire naît aux coins de leurs lèvres. Cela fait longtemps qu’ils n’ont pas été aussi joyeux. Pour l’occasion, ils font une chenille avec tous les clients du restaurant, submergés de joie. Éclaboussés par leur bonheur, leurs habits tout trempés, les clients déguerpissent aussitôt et laissent les tourtereaux, un peu moins tourtes, s’aimer. 

Joseph et Alexia